Après le dépôt des pièces originales du premier ministre à la chambre basse, le 11 mars 2016, le président provisoire Jocelerme Privert a appelé les parlementaires à donner un vote favorable à la déclaration de politique générale de son premier ministre investi, Fritz-Alphonse Jean, lors d’un message à la nation, le dimanche 13 mars 2016. Il les a encouragés à jouer leur rôle pour qu’il y ait cette semaine, un gouvernement.

Réagissant a ce message, le président de la Ligue alternative pour le progrès et l’émancipation haïtienne (Lapeh), l’ancien sénateur Jean Hector Anacacis estime que le président provisoire ferait passer le temps et roulerait la population dans la farine.

La Commission spéciale de la chambre des députés, chargée d’étudier le dossier du premier ministre a soumis son rapport le 15 mars 2016.

Dans ce rapport, la commission a demandé au bureau de la chambre basse d’inviter le premier ministre à venir présenter de sa politique générale, indique le président de cette commission, Jean Robert Bossé.

Il dit relever des “flous” dans le dossier de Fritz Jean. Quand il y a des doutes, c’est la personne qui doit venir se justifier, dit-il.

Les parlementaires du GPEP et du GPI imposent leur loi

C’est dans un tohu bohu qu’a pris fin hier la séance consacrée à la présentation de la politique générale du Premier Ministre Fritz Jean. Les députés des blocs Groupe des Parlementaires à l’Ecoute du Peuple (GPEP) et Groupe des Parlementaires Indépendants (GPI) ont protesté bruyamment contre la décision du président de la chambre d’ordonner la poursuite de la séance avec l’exposé du Premier, Ministre.
Le président du GPI, Antoine Rodon Bien Aimé, avec l’appui de 9 collègues, avait soumis une proposition pour réclamer l’ajournement de la séance. Il expliquait que ceci était indispensable afin que le Premier Ministre et le chef de l’état puissent désigner deux nouveaux ministres pour compléter le cabinet ministériel. Le député Rodon Bien Aimé exigeait que sa proposition soit soumise à la sanction de l’assemblée qui est souveraine. Il avait la garantie que sa proposition bénéficierait de l’appui de 45 élus sur les 82 présents dans la salle. Cependant contrairement à l’avis du Premier Secrétaire, Abel Descolines, le président de la chambre, Cholzer Chancy a tranché, en exigeant la poursuite de la séance. Il a fait valoir qu’on ne vote pas sur un point de droit. Les députés du GPEP et du GPI ont alors laissé éclaté leur colère contre le président Chancy l’accusant de travailler uniquement pour son bloc, APH. 45 députés ont abandonné la séance infirmant ainsi le quorum. Le président Chancy n’ayant constaté la présence que de 37 députés a été contraint de suspendre la séance.

Cap-Haitien, Haïti, Jean-Baptiste Cabonne, Radio Télé Blue Star.pm2